Terrains

Pour interroger le schéma de l’OREAM et ses prolongements, observer le terrain est une démarche essentielle. L’exploration constitue un véritable parti pris méthodologique de la recherche. En effet, les schémas de planification sont des documents qui  demandent à être appréhendés dans la relation qu’ils entretiennent avec le territoire et pas seulement en relation avec les documents  ayant présidé à leur élaboration (livre blanc) ou qui les ont accompagnés (documents de présentation).  

Confronter les schémas à la carte et au territoire constitue néanmoins une opération délicate, qui demande stratégie.

Il s’agit tout d’abord d’Identifier des terrains à explorer puis de définir un protocole d’exploration. Il est évidemment impossible d’explorer largement les vastes territoires concernés par ces schémas. Pour autant, l’investigation ne souhaite pas porter sur un échantillon dont la représentativité serait potentiellement faible. Pour chacun des schémas directeurs, nous avons identifié un espace caractéristique du ou des projets qu’il porte et d’une pensée du paysage associée.

Il a fallu également adopter un point de vue pragmatique, afin de pouvoir explorer ces terrains  dans l’espace d’ une journée. Enfin, nous avons souhaité définir un protocole d’observation adapté à chacun des terrains.  Ainsi les modes d’exploration ont été amenés à changer en fonction de la réalité du territoire : transects, road trip, survol, itinéraire à bicyclette, randonnée pédestre, voiture et marche.

Entre le choix du terrain et l’exploration proprement dite, une phase de préparation s’est avérée nécessaire, voire indispensable.  Elle consiste d’abord à prendre connaissance des documents officiels et du contexte régional de l’aménagement, puis des études critiques disponibles et enfin des cartes qui ont été produites.

Suite à, ou au cours de, ces explorations, nous avons pu être amenés à mettre en relation les parcours réalisés, les modes de déplacement choisis, les outils de représentation de l’arpentage avec les outils et méthodes de lecture du paysage menés au sein des OREAM, ouvrant ainsi une réflexion plus méthodologique propre aux démarches de paysage.   

L’exploration des terrains a lieu la journée précédant le séminaire.  Elle est réalisée principalement par les organisateurs de celui-ci. Des intervenants extérieurs sont parfois invités à y participer.  Pour chaque session, le plus souvent, deux parcours ont été définis qui sont  empruntés par deux équipes différentes. In situ et tout au long du parcours, chaque équipe tente  de décrypter l’évolution dans le temps du territoire traversé, en se concentrant sur les transformations repérables entre le territoire tel qu’il était au moment de l’élaboration du schéma de l’OREAM et aujourd’hui, au regard des ambitions portées par le schéma. Pour ce faire, elles sont amenées à confronter, cartes et schémas en main, les intentions explicitées sur le schéma avec la réalité territoriale rencontrée. Une telle confrontation n’est pas une simple affaire de lecture, elle sollicite tout un travail d’interprétation qui nécessite, notamment, de mobiliser les connaissances acquises lors de la phase de préparation. Cela suppose également de savoir lire dans l’espace construit, les traces des projets portées par le schéma.

Une restitution des parcours et des observations est faite sur un temps court avant le séminaire. Celle-ci s’appuie sur les notes, les dessins, les photos prises au cours de l’exploration. Une narration est construite soulevant des questions à mettre en discussion. 

Elle sert alors de support à des échanges avec les témoins et conférenciers afin d’amorcer une lecture interprétative des effets du plan et d’approcher la complexité des processus de planification et des transformations sur le temps long. Ce moment est formalisé au sein de cette rubrique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search