PlanPaysage

Le territoire national a été façonné en grande partie par la planification durant la période dite des Trente Glorieuses. Cet héritage, qu’interroge PlanPaysage, a été largement oublié durant les dernières décennies, qui ont davantage polarisé le débat et la recherche sur des démarches jugées moins descendantes et plus décentralisées.

Certaines réalisations majeures de la période, comme celle des grands ensembles ou des villes nouvelles, ont cependant fait l’objet de plusieurs recherches approfondies. Ce n’est pas le cas des OREAM. La politique des métropoles d’équilibres qui les a porté a été rapidement remise en cause, notamment par son promoteur même, Michel Rochefort. Des recherches ont été menées ponctuellement sur une OREAM, mais peu de travaux ont cherché à les aborder dans leur globalité. Les réalisations auxquelles elles ont donné lieu sont peut -être aussi moins facilement identifiables.

Nous pensons pourtant qu’il y aurait nécessité à redécouvrir cette période qui arrive à la fin des grands programmes d’aménagement portés par l’Etat. La réflexion menée durant cette période affirme un changement de l’échelle de référence pour penser l’urbanisation et développe les outils issus de la loi LOF de 1967. C’est également un moment d’émergence des politiques de l’environnement dans le sillon du ministère éponyme créé en 1971. C’est aussi une période de transition qui fait écho à la crise de 1968, introduit l’interdisciplinarité en aménagement et  fait intervenir de nouveaux acteurs, issus des disciplines universitaires (urbanistes, sociologues, géographes, agronomes, ingénieurs, écologues) mais aussi des professions qui sont en voie de structuration  comme les paysagistes. 

Le prisme du paysage, que nous  adoptons pour opérer un bilan critique des OREAM, répond aux préoccupations sur le paysage qui s’énoncent dans les documents de planification que les OREAM ont produits, et pour lesquelles des outils et méthodes sont développés et des processus d’actions envisagés, mobilisant différentes compétences et acteurs. De ce point de vue, la période des OREAM s’avère inaugurale pour tout ce qui se jouera par la suite en terme de politique du paysage et d’aménagement du territoire. Les approches développées par les OREAM nous permettent aujourd’hui de replacer les problématiques actuelles sur les métropoles et sur la transition socio-écologique dans le temps long de la planification territoriale.

Pour développer ces questionnements, des séminaires itinérants sont organisés afin de faire le tour des OREAM et de construire des moments d’échanges croisant différents regards de chercheurs en urbanisme et paysage et de collecter des témoignages sur cette période. Pour cela, trois temps composent chacun d’entre eux:

  1. une séquence  d’exploration collective de terrainsreprésentatifs de la mise en œuvre du plan : des itinéraires variés sont proposés aux participants, afin de multiplier les explorations et de rendre compte ensuite du paysage lu à travers le Plan.
  2. Une conférence sur l’histoire de la planification de la métropole étudiée,
  3. Un temps de témoignage de professionnels intervenus pour l’OREAM concerné, et confrontés à la restitution du parcours effectué sur le terrain tel que son paysage peut aujourd’hui être appréhendé.

Ces trois temps sont associés à un travail bibliographique. Le croisement de ces trois approches constitue la base méthodologique que nous considérons pour aborder ces processus complexes et que nous détaillons dans chacune de nos sessions. Au fur et à mesure du déroulement de ces dernières, des aspects transversaux à l’ensemble des OREAM émergent, dont ce carnet de recherche ne vise pas à synthétiser, mais à introduire en ouvrant les coulisses de ce processus de recherche (voir les « carnets de sessions »). Cela conduit à mettre à disposition de la communauté scientifique les matériaux originaux qui en sont issus (voir les « conférences », « témoignages », « terrains », « bibliographie »).