Présentation des témoins et conférenciers

TÉMOINS

Serge Aubépart est paysagiste DPLG, diplômé en 1970. Il est en poste au centre technique forestier (actuel cemagref) de 1970 à 1972, puis à l’ONF jusqu’à la fin de sa carrière. C’est à ce dernier titre qu’il est mandaté par l’EPALE pour la mise en oeuvre de plusieurs parcs de la ville nouvelle de Lille Est, particulièrement le parc urbain et la chaîne des lacs.

Jean Bonnier. Méditerranéen,  agronome et aménagiste du territoire a débuté sa carrière en 1965 en Algérie. Rentré en France, il a créé l’Atelier départemental d’aménagement rural à la DDA des Bouches-du-Rhône d’où il a assuré la liaison avec l’OREAM où il est ensuite entré (1974). L’OREAM est devenue  le Service d’études du Secrétariat général aux affaires régionales et Jean Bonnier  a progressivement étendu ses activités d’aménagiste à la région puis à la façade méditerranéenne et au bassin méditerranéen. Dans ce cadre il a participé à la création (1978)  de l’Association Forêt méditerranéenne (Secrétaire général),  de la revue éponyme puis de l’Association internationale Forêts méditerranéennes (1996).  Il a  également   été un des animateurs du Club d’échanges et de réflexion sur l’Aire métropolitaine marseillaise,  qui a conduit à la rédaction  par le SGAR de la première Directive territoriale d’aménagement  (fin des 1990). Depuis son départ à la retraite (2002) il  continue sa collaboration avec  Forêt méditerranéenne.

Michel Coulette est architecte (ENSBA Atelier Pingusson) et urbaniste (Atelier Tony Garnier.  Après avoir travaillé dans deux agences d’architecture, il intègre L’OREAM-LORRAINE fin 1969 et participe à l’élaboration du Schéma d’Aménagement de la Métropole Lorraine.
Après un bref intermède dans une société immobilière, il réintègre l’OREAM-SESGAR fin 1976 comme directeur d’études jusqu’en 2002. Ses deux principaux dossiers pour cette période ont été le traitement des friches industrielles et la Directive Territoriale d’Aménagement des Bassins Miniers.

Pierre Dauvergne est paysagiste DPLG. Il débute sa carrière en 1967 au Service Central d’Aménagement et d’Urbanisme (STCAU) du Ministère de l’Equipement et de l’urbanisme et contribue, entre 1967 et 1970,  au Groupe d’étude et de recherche  sur le paysage ( GERP) puis à l’association PAYSAGE jusqu’en 1975. Entre 1969 et 1973 il dirige l’équipe de  paysagistes de  l’OREALM, la « Métropole Jardin ». Il contribue au CNERP (1972-1979) en tant que directeur d’étude responsable de la recherche et de l’expérimentation. Puis il exercera comme responsable du paysage au Conseil Général du Val de Marne.

 Michèle Delaigue est paysagiste DPLG, formée à l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles, elle a débuté sa carrière au Parc Naturel Régional d’Armorique. Puis elle intègre  L’OREALM, de 1973 à 1974, vivant le passage à l’OREAC. Elle exerce ensuite à l’API  (Association de Paysagistes et d’Ingénieurs:  Viollet, Brichet, Jaeggli, Delepierre, Cavalié,… ) à Paris de 1974 à 1979 où elle participe entre autres, à des études portant sur le Val de Loire pour la DIREN Centre ( ’Sancerre- mise en valeur et création de paysages urbains’ 1974 –  ’tissu urbain-relations entre l’ancien et le nouveau – Blois / Sancerre’- 1977).  Après trois ans et demi passés à naviguer à deux sur un petit voilier,  elle obtient en 1984, son diplôme et crée, en association avec Jean-François Morel,  l’atelier de paysage ‘ Morel Delaigue Paysagistes’ ,  à Pau, où elle exerce une activité  libérale  jusqu’à aujourd’hui.  Elle  est également Paysagiste Conseil de l’État depuis 1995 en DDE du  Loiret puis en DDT du Puy-de-Dôme et enfin en DREAL Auvergne-Rhône -Alpes.

Jean Ecochard  né en 1932 est architecte DPLG. Il a commencé à travailler dans l’agence de son père, Michel Ecochard, sur des projets et des constructions au Liban, en Afrique : une université, à Kuwait : un musée. Ensuite, pendant les années 60 et 70 il a intégré l’équipe de l’OREAM à Marseille pour réaliser le Schéma directeur de l’Aire Métropolitaine Marseillaise. Durant les années de 1980 à 1996 il est nommé Directeur Général Adjoint de l’EPAREB ( Établissement Public d’Aménagement des Rives de l’étang de Berre) qui aménage les villes de Vitrolles, Istres, Fos et Miramas. Il prend sa retraite à Toulon et de 1997 à 2020 devient le Président d’une fédération d’une cinquantaine d’Associations œuvrant pour la reconquête des milieux naturels (marins et terrestres) des rades et bassins versants de Toulon, dans le cadre de contrats de baie.

Michel Freyssenet (1941-2020) est sociologue, chercheur et directeur de recherche au CNRS. Il a participé de 1966 à 1968 en tant que sociologue au Ministère de l’Equipement à l’élaboration du schéma de l’OREAM Lyon-St-Etienne-Grenoble. Il est durant cette période responsable du programme des études sociologiques préparatoires à l’élaboration du plan d’aménagement régional.

Marguerite Mercier Marguerite Mercier est paysagiste DPLG (Ecole Nationale Supérieure d’Horticulture de Versailles) et Urbaniste DIUP (Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris). Elle a essentiellement travaillé pour les grands aménagements du territoire ; la ville Nouvelle de St Quentin en Yvelines puis de 1976 à 1988 pour la Mission Interministérielle d’Aménagement de la côte Aquitaine (MIACA) et ensuite pour la Direction Départementale de l’Equipement de la Gironde

Jean-Pierre Saurin est paysagiste DPLG, diplômé en 1971 de l’Ecole l’Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles, il intègre L’OREALM sur l’invitation de Pierre Dauvergne à sasortie de l’Ecole. En 1972, il part au CNERP (Centre National d’Études et de Recherche sur le Paysage) jusqu’en 1975. Il crée alors son atelier à Marseille, puis deviendra paysagiste conseil de l’Etat à partir de  1993, dans les Pyrénées-Atlantiques, puis en Corse.

Jacques Sgard (né en 1929) : Paysagiste-urbaniste  diplomé de la section du paysage et de l’art des jardins à l’École Nationale Supérieure d’Horticulture de Versailles en 1948, puis  de l’Institut d’Urbanisme de Paris en 1958.  En 1966, il est mandaté par la DATAR pour réaliser une étude de paysage avec Jean Ecochard au sein de l’OREAM Marseille et de 1970 à 1977 il conduit avec André Berquin une étude des Calanques. Entre 1971 et 1979, il a assuré plusieurs missions de conseil pour l’OREAM Lorraine.  En 1975-1976, il livre une étude de paysage du massif vosgien, commanditée conjointement par l’OREAM Lorraine, l’OEDA (organisation d’étude et d’aménagement de la région Alsace) et la Mission Régionale de Franche Comté. A la fin des années 1980 et dans la décennie 1990, il a conçu plusieurs réaménagements de friches industrielles ainsi que la base de loisir de Madine, près de Metz. De 1966 à 1985, la MIACCA (Mission Interministérielle d’Aménagement de la côte Aquitaine) lui a commandé plusieurs études et projets. Membre du CNERP (Centre National d’Études et de Recherche sur le Paysage) dès sa création en 1972, il en assumé la présidence quelques années. En dehors des commandes  des OREAM J. Sgard  a  réalisé de nombreuses autres études et aménagement du grand paysage ainsi que de nombreux projets de parcs urbains et suburbains. En 1994 il  a remporté le grand prix de paysage, qui lui a été décerné pour son parcours exemplaire et son rôle de pionnier du grand paysage. Jusqu’à aujourd’hui,  Jacques Sgard a poursuivi  sa carrière, étant régulièrement sollicité et invité.

André Sentenac( Né en 1933) : est Architecte DPLG et Urbaniste DIUUP. Formé à l’Ecole des Beaux Arts de Paris et  dans diverses agences d’architectes parisiens, dont  la dernière en date,  AUDUVI, l’agence de Claude Aubert chargée de projets et missions en architecture et urbanisme, en France et Afrique Noire.  Représentant de C. Aubert à Nantes pour la mission de reconnaissance préalable à la promotion de” la métropole d’équilibre” Nantes-St Nazaire, il  Intègre l’OREAM lors de sa constitution. Il rejoint la Ville de Nantes comme urbaniste puis comme architecte-conseil. Co-créateur du groupe AUGEA il est impliqué dans des réalisations architecturales ou d’urbanisme à partir des pôles Nantais et Ardéchois. Il assure des missions d’urbanisme avec les DDE Bretagne, Pays de Loire, Poitou Charentes, Ardèche. Retraité en 1969, il participe depuis à l’Université Permanente de Nantes.

Pierre Thieffry est ancien chargé de mission EPALE. Il est embauché à l’issue de ses études avec pour mission de diriger la politique de l’emploi et de réaliser avec les promoteurs des opérations à visée économique.

Michel Viollet, Paysagiste d.p.l.g., exerce depuis 1962. Son parcours professionnel a commencé à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Parisienne, puis continué dans l’Atelier de Paysage de JC Saint-Maurice où il participe à la réalisation de plusieurs grands ensemble de logements.  En 1968, Il a une mission d’Assistant d’enseignement à la Section Paysage de l’École Nationale Supérieure d’Horticulture de Versailles. Parallèlement, il assure des missions de conseil auprès de la Ville Nouvelle de Marne-la-Vallée, de l’OREAM de Nantes-Saint-Nazaire et de l’ALCOA (Atelier d’Aménagement du Littoral du Centre Ouest Atlantique). De 1970 à 1993, il a animé la Coopérative d’études « Api Paysage » qui réalisait à la fois des études de paysage et des réalisations. Il exerce la mission de Paysagiste Conseil du Ministère de l’Équipement dans différents départements et participe aux projets paysagers du Grand Site de la Pointe du Raz et du rétablissement du caractère maritime du Mont Saint-Michel. D’octobre 1997 à septembre 2006, il est responsable de l’année diplômante et des ateliers pédagogiques régionaux de l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles. Il est membre de la Commission Supérieure des Sites. Actuellement, Michel Viollet est retraité. Il est membre de la Commission Départementale des Sites de Paris. Par ailleurs, il est membre du  comité de rédaction des « Carnets du Paysage » revue de l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles.

 

CONFÉRENCIERS

 

Vincent Bradel est architecte de formation et docteur en architecture. Il est maître de conférence à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy où il co-dirige le Laboratoire d’Histoire de l’Architecture Contemporaine. Après de premiers travaux à l’Institut Français d’Architecture, puis pour le compte de l’association Archives Moderne de l’Architecture Lorraine, ses recherches se tournent vers l’histoire de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, ainsi que la morphologie des villes, de Nancy en particulier. En 2005, il participe à la création d’un enseignement de Master dédié à l’aménagement durable des territoires ruraux, et développe depuis lors des actions de recherche autour de ce thème en collaboration avec les membres du réseau « Espace rural, projet spatial », et des enseignants-chercheurs de l’École Nationale Supérieure d’Agronomie et des Industries Alimentaires, et AgroParisTech-Nancy, dans le cadre d’appels à projet et d’une chaire partenariale intitulée « Nouvelles Ruralités : architectures et milieux vivants ».

René Borruey est architecte DPLG, docteur en histoire, enseignant-chercheur à l’ENSA Marseille depuis 1994 et directeur du laboratoire INAMA (Investigations sur l’histoire et l’actualité des mutations architecturales ). Ses travaux développent une approche morphologique et historique des territoires urbains et périurbains, en particulier sur Marseille et sa région métropolitaine. Il soutient en 1997 une thèse intitulée » Architecture et territoires de l’espace portuaire : le cas de Marseille (XIXe-XXe siècles) ». Il soutient en 2017 son Habilitation à Diriger les Recherches (HDR) intitulée « De la typo-morphologie à une histoire des territoires. Une approche morphologique et historique des territoires suburbains : le cas de l’aire métropolitaine marseillaise »

Myriam Casamayor est urbaniste et docteure en Urbanisme et Aménagement de l’espace. Elle a durant son cursus universitaire et professionnel acquis une double compétence en développement touristique et en urbanisme. Elle soutient en Janvier 2019, à l’Université de Bordeaux Montaigne,  une thèse réalisée au sein du GIP Littoral Aquitain et le laboratoire PASSAGES, sous la direction d’Olivier Ratouis, intitulée « La planification du littoral aquitain : l’héritage de la MIACA à l’épreuve du temps ».

Denis Delbaere, paysagiste DPLG et professeur HDR à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille.  “Chercheur de paysage” au sein du LaCTH , il dirige le domaine « Territoires en mutation et Situations métropolitaines ». Dans ses ouvrages (La fabrique de l’espace public : ville, paysage et démocratie (2010), Table rase et paysage : une exploration des paysages de la modernité pour un renouveau critique du planisme (2016), et Altérations paysagères : pour une théorie critique du projet d’espace public (à paraître), il explore les voies d’un aménagement du territoire par le moyen du projet de paysage. Ceci le conduit à recueillir l’héritage paysager des grands projets d’aménagement du territoire des Trente Glorieuses, aujourd’hui arrivé à maturité, et à imaginer et à expérimenter une démarche critique d’évaluation de ces héritages.  Il anime le réseau « Critique et Projet de paysage »  et  la revue banC publiC. Actuellement,  teste une méthode de prospective territoriale et environnementale mobilisant les outils de la recherche, notamment par l’exploration des « trames vertes spontanées » qui se forment le long des grandes infrastructures métropolitaines.

Thierry Guineberteau est enseignant-chercheur à l’Institut de géographie et aménagement de l’Université de Nantes (IGARUN), dont il est actuellement le directeur.  il a soutenu en 1994 une thèse  intitulée  l’‘aménagement littoral de la façade atlantique : les schémas spécifiques aux espaces côtiers. Ses thèmes de recherche  portent l’analyse et la gestion intégrées du littoral,
l’analyse des politiques publiques d’aménagement littoral, les systèmes d’acteurs, la recomposition des territoires. Sur ces thèmes, il a contribué à plusieurs programmes de recherche incluant notamment  des collaborations internationales et il est l’auteur de nombreux  articles scientifiques.

Rachel Linossier est maître de conférences en aménagement et en urbanisme à l’Université Lumière Lyon-2, Institut d’urbanisme de Lyon. Elle soutient en 2006, une thèse de Doctorat en Géographie, Aménagement et Urbanisme, intitulée « La territorialisation de la régulation économique dans l’agglomération lyonnaise (1950-2005). Politiques, acteurs, territoires ». Ses travaux de recherche portent sur l’analyse de l’articulation entre les politiques de développement économique et l’urbanisme dans les métropoles françaises. Elle s’intéresse ainsi aux questions relatives à la gouvernance urbaine, à la planification stratégique, à l’économie urbaine et plus largement aux différentes dimensions contemporaines du projet urbain et de l’aménagement des villes. Elle poursuit également, en parallèle, une réflexion sur les métiers de l’urbanisme et du développement territorial.

Serge Thibault est ingénieur-urbaniste . Il soutient en 1987, une thèse intitulée « Modélisation morpho-fonctionnelle des réseaux d’assainissement urbain a l’aide du concept de dimension fractale ».  Après avoir exercé à L’INSA de Lyon dans le domaine du génie urbain, l’hydrologie urbaine jusquà la fin des années 1990, il est nommé ensuite professeur des Universités en aménagement de l’espace et urbanisme, et dirige le département aménagement à l’école polytechnique de Tours. Il s’intéresse à la Métropole Jardin depuis son arrivée à Tours et intervient sur le sujet en 2007, lors du quatrième colloque Val de Loire  qui traitait de la planification ligérienne.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search